À propos

Le Sportnographe se veut une parodie des médias sportifs et mise sur l’enflure médiatique qui entoure le sport, et plus particulièrement Canadien, pour alimenter sa réflexion.

Le Sportnographe est né en 2004 entre deux bières microbrassées, tout juste avant un long lock-out dans la Ligne Nationale (excellent synchronisme). À l’époque, Normand Leblond, Réal Munger et Yvan Piquette publiaient des textes minimalistes sur pas grande-chose. Un peu plus tard, Steve Jr. Tremblay-Tremblay se joignait au groupe de chroniqueurs en plus de donner toute sa saveur à la facture graphique de la patente. Après, Paul Meilleur-Aucoin dans toute sa splendeur capillaire s’intégrait lui aussi au Sportnographe.

À partir de janvier 2009, le Sportnographe alimente une émission de radio sur la Première chaîne de Radio-Canada, tous les vendredis à 19h, en rediffusion le dimanche à 23h en plus d’une présence mensuelle chez les bons amis d’Infoman et une chronique hebdomadaire dans le journal Métro.

Le Sportnographe version radio a cessé ses activités le 22 juin 2012 mais continue sur le Web. Les gars du Sportnographe sévissent toujours à la radio dans le cadre de l’émission La soirée est (encore) jeune.

Le Sportnographe, c’est :

Olivier « Yvan Piquette » Niquet
Jean-Philippe « Réal Munger » Wauthier
Jean-Philippe « Paul Meilleur-Aucoin » Pleau
Alexandre « Normand Leblond » Provencher

4 commentaires to À propos

  1. Je me plain,

    Twitter, Facebook et Youtube (tout le web 2.0 quoi) dont vous faite la promotion éhontée. Ben ça marche pas là où je suis présentement, soit en CHINE. Il faudrait que la gang du s
    Sportno pense plus planète et moins Canadien Media Socio à l’avenir.

    C’est mon comment

    PS

    Je m’en retourne le mur de feu Chinois, chu pu capable.

  2. Si vous vous croyez fins et cool avec votre soi-disant humour franchement épais, j’aimerais vous détromper rapidement.
    Et plus particulièrement, j’ai été extrêmement choqué par le mauvais goût de votre émission du vendredi dernier 9 décembre où vous avez fait preuve de muflerie à l’égard des personnes qui se font tyranniser dans les écoles ou la société, en allant jusqu’à citer le prénom de Marjorie qui, comme tous les auditeurs le savent, est celui de cette jeune fille qui s’est suicidée il y a quelques jours parce qu’elle avait été victime de harcèlement.
    Vous avez poursuivi en parlant de suicide à d’autres reprises.
    En quoi cela était-il comique selon vous ?
    Je suis profondément déçu que Radio-Canada vous fasse confiance au point de ne pas surveiller les inepties et imbécillités que vous dites à l’antenne et de ne pas vous empêcher de les dire, car elles peuvent faire mal.
    Mauvais exemple pour les jeunes et très peu ragoutant.
    Retournez au vestiaire, rhabillez-vous et rentrez chez vous.
    J. Laris

    • Monsieur Laris. Il est manifeste que l’humour de cette émission vous ait échappé. Le type d’humour utilisé est habituellement de l’ironie. Il faut donc interpréter le contraire de ce qui est dit et aller au-delà, au lieu de prendre les mots tels qu’ils sont dits, comme si les locuteurs étaient sérieux. Il s’agit d’une émission d’humour qui souligne la surenchère des médias et de la société dans plusieurs de ses travers.
      Vous préférez peut-être les blagues grivoises et simplistes des Maxime Martin et Peter MacLeod de ce monde ?
      En effet, comprendre le type d’humour du Sportnographe nécessite d’être capable d’interpréter au second degré, un niveau d’abstraction qui ne semble (malheureusement) pas accessible à tous…

  3. Mario Le Blanc 30 mars 2012 at 19:13

    Très bon, « Génie électrique sport »! Je n’arrête pas de rire.

    J’ai hâte à dimanche soir pour réentendre ça!

    Mario Le Blanc, ingénieur électricien

Laisser un commentaire

*

Text formatting is available via select HTML.

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>